2016/05/11 at 3:15
SAMUEL – LUV CRY (EP) – BIG DADA – 10 juin 2016

Samuel

Quelques mesures de la musique de Samuel suffisent à réaliser que quelque chose de très spécial se passe. La production à elle seule est assez unique en son genre : exubérante et expressive. Les sonorités teintées de hip-hop ou de dance donnent un élan passionnant à la musique ; puis Samuel se met à chanter et la musique devient encore plus étonnante.

Avec une voix plus proche de Frank Ocean que de James Blake, ce “wee gypsy”, comme il se décrit, nous électrise avec son timbre profond et naturel. Samuel définit cet EP comme des “confessions / offrandes à un être cher … des choses que je ne peux pas donner / dire / faire au jour le jour”.

EP

EP « Luv Cry », disponible le 10 juin en numérique et en édition limitée 10inch

Samuel grandit dans un milieu difficile en Irlande, élevé entre camps tziganes et foyers pour enfants où il trouve refuge dans la thérapie par la musique, avant de devenir sans abri pendant quelques temps. Son talent lui permet néanmoins de se démarquer et de remporter plusieurs bourses d’études dont une pour l’université de Goldsmith.

Après avoir déménagé à Londres, il collabore étroitement avec Ozkharp sur l’EP “Falling Star” sorti en 2014 et reçoit le soutien de Pitchfork, Dazed, Dummy, Pigeons&Planes et DJ Mag. Son dernier single “These Days” (produit par Kwes) présenté en avant-première sur The Fader a déjà été écouté plus de 300 000 fois.

Si une musique a un jour capturé le sentiment d’être jeune dans une grande ville, à la recherche d’une nuit pleine de promesse, c’est celle-ci : sa musique est si sauvage, infernale et libre qu’on peut y entendre ses années dans les camps tziganes. Il puise son inspiration dans des enregistrements de rue, son observation de Londres, des bavardages. Il n’écrit pas de paroles. Au fil du temps dit-il, “les mots dégringolent et se collent ensemble” et c’est ce qui explique l’urgence et la nostalgie dans sa voix et ses paroles. “Mes chansons parlent d’alchimie”. Finalement pour résumer il n’y a pas mieux que la propre description de Samuel « je pense toujours à un tapis magique qui survole Londres – accroche-toi on part faire un tour ».

Premier extrait de son EP :