2010/09/19 at 6:34
ANTIPOP CONSORTIUM « FLUORESCENT BLACK » (BIG DADA)

Six ans après leur split et une innité de projets solos, Anti-Pop Consortium se reforme pour enregistrer un quatrième album “Fluorescent Black”, prévu le 29 septembre sur Big Dada. APC a secoué le milieu du hip-hop en 2000 avec la sortie consécutive de deux albums “Tragic Epilogue” et “Shopping Carts Crashing”, qui s’affranchissaient de la barrière des genres musicaux, puis l’album “Arrhythmia”, sorti sur Warp en 2002, acheva d’installer leur statut d’iconoclaste culte. Cette reformation bénécie de l’expérience acquise individuellement par chaque membre du groupe : « Nous sommes devenus plus adultes, l’acceptation de nos diérences nous a permis d’amener plus de magie à nos enregistrements. Nous sommes plus soudés et la musique n’en devient que
meilleure » explique Beans.
“Fluorescent Black” est surement le travail le plus abouti du groupe, dix-sept tracks monstres qui expérimentent aussi bien au niveau de l’ambiance, que des instrus et des paroles, le tout avec la folie contrôlée qu’on retrouve dans toutes leurs sorties. C’est un album avec des morceaux certiés APC-banger comme “New Jack Exterminator” et “Apparently”, mais aussi des morceaux aux inuences plus variées : du Funk du futur avec “Volcano”, de la Nu-Soul robotique sur “The Solution”, un chant de crooner cynique mais sensible sur “Born Electric”, une étrange messe noire nocturne sur “Timpani”, des synthés enammés de “C Thru U” et pour nir, “Dragunov”, un morceau construit comme une cathédrale futuriste. C’est un album que l’on ne se lassera pas de rejouer sur sa platine pour y découvrir de nouvelles facettes à chaque écoute.
Quand les membres d’APC, -Beans, M. Sayyid, Earl Blaize, et High Priest- se sont séparés en 2002 pour poursuivre leurs projets solos respectifs, ils ont laissés un vide dans la scène hip-hop mondiale qu’aucun autre groupe n’a pu combler. L’album “Arrhythmia” et son expérimentation vocale ont amenés beaucoup de MC’s à s’y frotter mais aucun d’eux n’a réussi à pousser l’originalité aussi loin tout en continuant à faire danser. APC s’est séparé juste après avoir sorti « Arrhytmia » et sept ans plus tard le dé lancé par cet album n’a toujours pas été relevé, jusqu’à aujourd’hui et à la reformation d’APC.
“Une musique postmoderne, inégalée” – ROLLING STONE
“APC continue de tout bousiller et envoie foutre les petites cases dans lesquelles nous et les disquaires tentons de faire rentrer leur musique” – XLR8R

http://www.myspace.com/antipopny

http://www.bigdada.com/

Ce contenu est restreint aux membres. Si vous êtes un utilisateur enregistré, connectez vous. Les nouveaux utilisateurs peuvent s’enregistrer ci-dessous.

Connexion pour les Utilisateurs enregistrés
 Se souvenir de moi  
Nouvel Utilisateur?
*Champ requis