2008/03/07 at 3:06
AMON TOBIN « FOLEY ROOM » (NINJA TUNE)

Le génie de la manipulation sonore, Amon Tobin, est de retour avec “Foley Room”, son album à la fois le plus conceptuel et le plus beau. Après avoir fini son travail pour la BO du jeu Splinter Cell, Tobin a décidé de repenser son processus de création; jusqu’alors basée sur la reconstruction de nombreux extraits de vinyls, sa méthode devait être remise en cause. Amon s’est donc intéressé au travail des bruiteurs et s’en est inspiré. Savez-vous qu’une foley room est une pièce où sont enregistrés les bruitages de films?
Avec ceci en tête, Amon et son équipe d’assistants sont descendus dans les rues munis de super micros à bandes, pour y enregistrer toutes sortes de sons : ustensiles de cuisine, hurlements de tigre, bruits de chat dégustant un rat, vrombissements d’une moto, en passant par le voisin qui chante sous la douche ou les fourmis mangeant de l’herbe ! Ajoutez à cela les sons de divers musiciens dont le Kronos Quartet, que Tobin a enregistré dans les salles de bruitage de San Francisco. Tobin a ensuite utilisé cette richesse de matière première, l’a triturée dans tous les sens pour produire la musique la plus inquiétante qui soit.
Il est à noter que “Foley Room” est accompagné d’un DVD documentaire sur toute l’histoire et la réalisation de l’album.
Ce qui caractérise le mieux “Foley Room”, c’est ce qu’Amon décrit comme “l’association de sons part- ageant la même puissance sonore, malgré la multiplicité de leurs origines”. Le but étant d’utililiser, déformer, reformer, et manipuler la source jusqu’à la brouille totale des pistes. Mais, bien que le processus de création soit assez expérimental, “Foley Room” n’est absolument pas un exercice de musique avant-gardiste. C’est du pur Amon Tobin, avec mille subtilités soniques et mélodiques ! Le résultat est immédiatement audible : cette nouvelle profondeur de son, ce souffle vivant, malgré la manière presque non naturelle avec laquelle la musique a été assemblée. Par de nombreux aspects, c’est ce que Tobin a produit de plus musical et mélodique. Les moments d’étrangeté imagi- naire succèdent aux passages emprunts de joie de vivre. Surtout, il y a une vraie uniformité qui vous emmène vers des sentiments et des sensations nouveaux, qui vous encourage à voir l’album non pas comme une collection de “morceaux” mais comme un morceau unique.
Unique et ambitieux, “Foley Room” se place haut, très haut dans l’œuvre de Tobin.

Ce contenu est restreint aux membres. Si vous êtes un utilisateur enregistré, connectez vous. Les nouveaux utilisateurs peuvent s’enregistrer ci-dessous.

Connexion pour les Utilisateurs enregistrés
 Se souvenir de moi  
Nouvel Utilisateur?
*Champ requis