2007/10/29 at 1:28
THE HEAVY « GREAT VENGEANCE AND FURIOUS FIRE » (COUNTER RECORDS)

Préparez-vous à avoir chaud. Ne tentez rien. Préparez-vous seulement à avoir très chaud ! The Heavy, c’est le genre de soul hip-hop cramé rempli de guitares crades qui vous fait craquer à coup sur. Ah ça oui, vous allez avoir chaud. Car ces quatre mecs venus des bas fonds de Bath, tout comme la bête de Bodmin Moor, moitié homme, moitié loup, sont spécialisés pour transformer le pire en excellence. Ils sont d’ailleurs si talentueux que les pires saletés vaudous seront déjà en train de pourrir en vous avant que vous ne vous rendiez compte de quoi que ce soit.
Dès l’écoute du premier single, “That Kind of Man”, vous savez que seul l’exorcisme peut vous sauver. Combinaison d’une base graveleuse digne du Wu Tang, des gémissements d’une guitare en wall-of-sound et d’un blues soul à vif, ce morceaux est immédiatement reconnaissable et absolument addictif, le chant à la fois doux et menaçant de Swaby plaçant tout cela à un autre niveau. “Coleen” tend plus vers un groove hip-hop mis à nu, avec en fond des chanteuses qui donnent au morceau un coté Stax-sous-acides des plus attirants. “Set Me Free” jette ensuite la guitare acoustique dans le mélange pour un résultat plus tranquille (bien que toujours très rythmique). “You Don’t Know” montre des influences de rock plus dur, à travers une accumulation très constructive de riffs. Puis “Girl” donne l’occasion à Swaby de montrer (quelque peu ironiquement) ses talents de rappeur, sur un rythme ne pouvant être décrit que comme la rencontre des Kinks avec Marley Marl. “Doing Fine” est la pièce maîtresse pleine de sensibilité de l’album, un blues tout droit issu de la West Country. “In The Morning” ressuscite le Mick Jaegger des débuts. “Bruk Pocket Lament” sonne quant à lui comme un bon vieux blues interprété par un ivrogne ravagé par trop d’alcool à brûler. Et le rageur “Dignity”… L’album se termine avec “Who Needs The Sunshine” qui fait écho à la scène de Bristol de Massive Attack et Tricky, mais reconstituée en un country blues épique ! The Heavy est principalement composé de Swaby et de Taylor, qui se connaissent depuis plus de dix ans.
Les parents de Swaby étaient parmi les premiers Indiens à emménager à Bath. Entouré de ses onze frères et soeurs, il a grandi baigné de reggae, de Prince et de Two Tone aussi bien que de hip-hop qu’il adopte avec ferveur. Lorsqu’il rencontre Taylor, ils se tournent ensemble vers le rythm and blues vintage et les films de Jim Jarmusch.
D’abord seulement munie d’un Atari et d’un quatre pistes, la paire recrute rapidement Dingley (batterie) et Page (basse) et commence à tourner ainsi. Leur son unique est en partie dû à la ville qui les a vus grandir, et qu’ils décrivent comme « le cimetière de toutes les ambitions ». A moins que ce ne soit leur sex appeal communicatif ? Mais finalement, peu importe pourquoi, c’est bon, tout simplement.

Ce contenu est restreint aux membres. Si vous êtes un utilisateur enregistré, connectez vous. Les nouveaux utilisateurs peuvent s’enregistrer ci-dessous.

Connexion pour les Utilisateurs enregistrés
 Se souvenir de moi  
Nouvel Utilisateur?
*Champ requis