2006/08/10 at 12:42
ZERO DB « BONGO, BLEEPS AND BASSLINE » (NINJA TUNE)

Même si vous ne les connaissez que de nom, vous avez sûrement déjà goûté au fruit du labeur de Zero dB, soit par l’un de leurs premiers maxis comme les désormais classiques jazzfloor “Come Party”, ou “Click”, ou encore par l’un des innombrables et excellents remixes commandés pour Truby Trio, Suba, Peace Orchestra, John Kong & Moonstarr, Grupo Batuque, Hexstatic, Original Soul Boy, Nicola Conte, Acme, Interfearance ou encore Sun Ra (co-mixé avec Gilles Peterson). Ou alors, vous les connaissez tout simplement parce qu’ils vous ont retourné le cerveau et essoré le corps lors de l’une de leurs nombreuses fêtes tenues aux quatre coins du globe.
Six ans après leurs débuts, les Zero dBoys Chris Vogado et Neil Combstock nous ont concocté un alliage provocant, avant- gardiste et accrocheur de hard jazz, electro, latin, hip hop et house, dont l’épine dorsale reste la signature de leurs lignes de basse massives et rêches. La teinte jazz est souvent leur point de départ mais ils la trempent dans une myriade d’autres influences et travaillent avec des musiciens talentueux et des voix imposantes pour créer leurs morceaux. En contraste avec le climat général d’une dance music vieillotte, fatiguée, stéréotypée et éphémère, la production méticuleuse de Zero dB ouvre les oreilles à de nouveaux horizons musicaux inexplorés.
Ninja Tune/PIAS
Cet avant-goût éponyme de l’album à venir le montre comme jamais auparavant. “Bongos, Bleeps & Basslines” évite les écueils de la sempiternelle bonne première impression créée par les nouveautés proto-jazz, il saisit le moteur rythmique et le harnache sur des basses qui soulèvent les pieds et offre suffisamment de bongos et de bips pour remplir un aérodrome de fêtards acharnés. “Know What I’m Sayin’” part d’une même intention mais ralentit vers un hip hop, dont la prose est délivrée à merveille par Pase Rock, membre occasionnel de Five Deez et collaborateur régulier de Spank Rock. Le résultat est surprenant et vivifiant. Le truc qui ne passera jamais sur les enceintes de chez Starbuck. Et pas seulement parce que ça bousillerait les woofers.
Les premiers Zero dB furent sortis par Fluid Ounce, le label ecclectico-expérimental de Chris qui a produit les premiers maxis ainsi que « Reconstruction », la réunion de tous leurs remixes. Ce premier album, « Bongos, Bleeps & Basslines », sortira lui à la rentrée chez Ninja Tune. Pour accompagner sa sortie, Zero dB lancera un « Bongos, Bleeps & Basslines » party tour dès le printemps à travers l’Europe et le reste du monde. Vous voulez faire la fête avec eux ? On vous aura prévenu.

Ce contenu est restreint aux membres. Si vous êtes un utilisateur enregistré, connectez vous. Les nouveaux utilisateurs peuvent s’enregistrer ci-dessous.

Connexion pour les Utilisateurs enregistrés
 Se souvenir de moi  
Nouvel Utilisateur?
*Champ requis